Hans Schmied
Hans SchmiedPrésident
Affecté et pair

Mon chemin n’était pas toujours linéaire. Beaucoup de pierres et de rochers ont bloqué mon chemin de récupération. Aujourd’hui je me sens mieux, ma vie vaut la peine d’être revécue.

Lors de mon dernier séjour psychiatrique en 2014 je m’étais fixé un objectif:

Je veux déstigmatiser la question de la santé mentale, sensibiliser la population. Les gens n’appartiennent pas aux marges de la société.
A l’association GLEICH UND ANDERS Suisse, je m’intéresse à la question de la «santé mentale». Pour cette raison, je travaille avec mes expériences, dans une clinique psychiatrique en tant que pair (expert de l’expérience) dans la population au niveau des yeux et dans l’association à la «cause» de la santé mentale.

J’ai appris que la maladie peut vous toucher en peu de temps.

On ne regarde pas ailleurs!

Dr. med. Iris Breuer
Dr. med. Iris Breuer Vice-président
Psychiatre

Je viens de Kaiserslautern en Allemagne. Après mes études, j’ai d’abord étudié les sciences de la communication, les langues romanes et les études américaines avant de commencer mes études de médecine à Munich en 1980. La formation spécialisée ultérieure en médecine interne, avec une spécialisation en cardiologie, m’a conduit à Garmisch-Partenkirchen.

En raison de mon intérêt pour la recherche et les progrès de la médecine, j’ai travaillé dans plusieurs sociétés multinationales de 1990 à 2012 et occupé de nombreux postes de direction dans différents domaines.

Je vis en Suisse depuis 2012 et travaille ici en psychiatrie. J’ai terminé ma formation de spécialiste en psychiatrie de Lucerne et les services psychiatriques pour patients hospitalisés et ambulatoires en psychiatrie de Soleure, ma formation en psychothérapie à l’Institut Carl Gustav Jung à Küsnacht sur le lac de Zurich, où je travaille en tant que professeur pour des étudiants internationaux depuis 2018.

Mon chemin de vie est caractérisé par la fascination et l’enthousiasme pour les gens et l’innovation. En médecine et surtout en psychiatrie, je m’efforce d’accompagner les personnes en crise et de leur assurer la meilleure santé, qualité de vie et intégration ou inclusion sociale possible sur le long terme.

Yvonne Schmied
Yvonne SchmiedCaissier
Membre

Après plus de 15 ans, mon mari se remet lentement de la grave maladie mentale. La situation avec mon mari malade n’a pas toujours été facile pour moi et notre fils. La maladie s’est glissée dans la famille.

Maintenant, les autres doivent agir – Comment dois-je organiser moi-même le contact avec mon mari? Il est rapidement devenu clair pour moi que je ne pouvais pas ralentir la force de l’épisode psychologique, je ne pouvais pas le vivre, je ne pouvais pas le supporter. Je devais garder mes distances et nous protéger.

Je me concentrais sur notre fils. Il a rapidement essayé de prendre la place de Papa et a été dépassé. Mon fils avait besoin d’une année de soins psychologiques – nous ne devons jamais oublier nos enfants!

Roger Geiser
Roger GeiserActuaire
Membre

Ma femme m’a dit dès le début ce qu’elle faisait. Peu de temps après notre mariage en 2007, il s’est effondré. Dès lors, nous avons dû changer complètement nos vies. Aucun jour n’était le même que l’autre.

Parfois, c’était plus facile que je ne le pensais, mais j’ai aussi atteint mes limites. Ce fut un combat difficile, mais nous, en particulier ma femme, l’avons maîtrisé avec brio.

Je veux montrer ici que les membres de la famille ne doivent pas non plus être oubliés. Ils souffrent et ont également besoin d’énergie et éventuellement de soutien. Mais aussi que la personne concernée n’est pas seule, mais a quelqu’un à qui parler.

Nous les aidons en les écoutant et en les accompagnant sur le chemin du rétablissement.

Alfred Widmer
Alfred WidmerAllrounder
Affecté

Ma vie était comme un tour de montagnes russes sans fin. De temps en temps, le train déraille et continue sans rails.

J’étais à la clinique psychiatrique en 2004/2006, où le voyage en train a finalement été arrêté. Dans les cours / thérapies de la clinique, j’ai eu beaucoup d’expériences révélatrices.

Il est rapidement devenu clair pour moi que je devais changer de direction dans ma vie. L’expérience à la clinique a été positive et très instructive.

Pour moi, une vie indépendante a toujours été la priorité absolue. J’ai appris à faire attention avec moi. Parfois en disant non, en tirant le frein d’urgence si nécessaire. Aujourd’hui, je suis très fier de ma vie que j’ai reconquise petit à petit.

J’ai toujours été une personne très sociale. Je peux donc soutenir l’association avec mes très grandes expériences de vie. Faisons-le ensemble, nous avons encore beaucoup de travail à faire. Nous pouvons le faire avec vous.

Tanja Bernhard
Tanja BernhardAllrounderin
Affecté

Je m’engage auprès de l’association «GLElCH AND ANDERS Schweiz» car je veux transmettre mon expérience et je veux travailler pour la santé mentale.

Il est important pour moi de promouvoir la connaissance des maladies mentales dans la société et de lutter contre les préjugés.

Sara Salzmann
Sara SalzmannVembre du Conseil
Seeklinik Brunnen (Responsable de la gestion de la coopération) und AMEOS (Chef de projet AMEOS Stadtpraxen AG)

Ma motivation et ma conviction: je m’engage à la déstigmatisation de la psychiatrie et à l’égalité de traitement des personnes atteintes de maladies mentales. La sensibilisation du public et des entreprises / employeurs est très importante pour moi. Les soins intégrés et orientés vers l’avenir devraient commencer par la prévention et la détection précoce. Le sujet de la «santé mentale» affecte tout le monde – le même et différent.